Archive

Archive for the ‘dances, danses, bailes’ Category

stage de tambours chamaniques

26 et 27 juillet 2014

Stage co-animé par J-F de la Chaise et Joël Lévêque.

« Rythmes et magie du tambour de chamane dans les Cévennes du Sud ».

Le tambour chamanique a un immense et inépuisable potentiel de transformation et de guérison par l’émission et la réception de ses vibrations subtiles.                                                               Perfectionner son utilisation est une expérience personnelle unique et riche en enseignements.

Programme:

Le « chamanisme » est en chacun de nous et à partir de cette affirmation, nous aborderons les points suivants:

Développer la confiance en son intuition.

Exprimer qui l’on est dans le moment présent par le « langage du son » et la résonance.

Alignement de nos centres. Ouverture aux quatre directions, aux ressources et gardiens associés.

Travail avec les quatre éléments : comment faire émerger leurs différentes qualités par le jeu musical et la danse. Autant au niveau corporel, que psychologique ou spirituel.

Notions d’archétypes, « d’esprits », leurs aspects lumineux et leurs aspects ombres.

Comment se mettre dans « l’état d’être de guérisseur ».

Intégration, séance de guérison et d’auto-guérison.

Outils:

Technique du geste musical et du jeu percussif

Méditations dans le silence de la nature.

Joël vit dans les Cévennes du sud où il anime des stages de création de tambours. Il a toujours été très proche de la nature,  au travers de différentes expériences : dans les forêts de l’ouest de la France et dans les montagnes Pyrénéennes en tant qu’accompagnateur montagne et naturaliste, puis dans la selva amazonienne lors de longs séjours initiatiques…                                Les voyages en Asie, dans l’océan Indien et en Amérique du sud l’ont aussi ouvert à la spiritualité. La rencontre avec la magie du tambour, cet instrument rituel, oriente son chemin vers les traditions chamaniques et leurs pratiques de guérison ancestrales.                                      Site : http://www.joel-leveque.com/

Percussionniste depuis plus de 30 ans; je voyage en Afrique, à Cuba, au Brésil, créateur de « Tempo oiô! » groupe de percussions et cuivres qui rend hommage à la culture noire; initié avec des chamanes et des danseurs à travers une recherche spirituelle sur l’énergie, j’enseigne et partage ma passion de la musique avec des groupes d’enfants ou d’adultes. Auteur d’un livre pédagogique « Initiation à la magie des percussions » (Ed. du Souffle d’Or) et d’un cd de percussions afro-latines et chamaniques « Retour de voyages imaginaires » en écoute sur mon site: http://www.delachaise-percussions.com

200 € inclus repas et camping et prêt de tambours.

PERCUSSIONS ET DANSES AVEC LES PERSONNES SOUFFRANT D’ADDICTIONS

Voici un texte qui m’a été demande par le « Canard biodynamique »  (journal des élèves de l’École de Psychologie Biodynamique). J’y présente mon travail de percussionniste lors de stages psycho-corporels ou chamaniques. J’y évoque aussi l’apport qu’il peut avoir avec les personnes souffrant d’addiction.

PERCUSSIONS ET DANSES AVEC LES PERSONNES SOUFFRANT D’ADDICTION

Depuis les premiers temps, les tambours aident à guérir par la force de leurs vibrations. Cette dimension sacrée et secrète des percussions est méconnue chez les occidentaux. Elle est une trame de fond énergétique et universelle qui concerne tous les êtres humains, comme un appel à nous sentir plus vivant.

Le travail avec les cinq éléments ou les transes nous relie à nous-mêmes, aux autres et à l’univers. A travers ces formes de mouvement dansé, le corps se relie au subtil (psyché, émotions et dimension spirituelle). Il nous donne la possibilité de nous dépasser en intégrant d’autres dimensions, aussi bien vers l’intérieur de soi que vers la terre ou les étoiles… De plus, il y a aussi corrélation entre une conscience d’une incarnation terrestre et un hommage intrinsèque à la terre qui nous porte. Ces sentiments se retrouvent partagés d’une façon intuitive par la plupart des gens présents, dans les différents ateliers auxquels je participe.

Par sa globalité et sa puissance, ce travail est un outil très efficace pour soutenir et soigner des personnes dépendantes. Il touche jusqu’au cœur de l’être. Je ne suis pas thérapeute mais j’ai eu souvent l’occasion de travailler avec des personnes souffrant d’addictions. J’ai moi-même un passé avec des périodes de dépendance que j’ai soigné en thérapie psycho-corporelle. Ces personnes ont un besoin fondamental de retrouver un « amour propre » pour leur corps et leur personnalité. La tendresse envers leur enfant intérieur, l’expression libre, le lâcher-prise, le respect pour leur corps, la redécouverte d’énergies positives en eux, le plaisir de danser, de jouer collectivement sont des réponses vitales qui ramènent ces participants vers la beauté de la Vie. Comme le dit François Lewin, directeur de l’école de Psychologie Biodynamique : « La vie gagne toujours, il faut aller la chercher en soi pour dénouer les contrats que l’on a passés avec soi-même étant enfant. »

Dans les stages de groupe, le partage de sensation et la verbalisation complètent le travail en amenant les mots pour éclairer la conscience. Le mental se fait ami. La parole, le regard et les oreilles se font réconfortants.

J’accompagne des thérapeutes et des chamanes avec mes percussions depuis les années 80. C’est parfois un djembé, une ou plusieurs congas selon le type de rythmes que je joue. Et surtout selon « l’esprit » du travail de guérison…

L’une des thérapeutes (Barbara Schasseur) est spécialiste des addictions et a écrit un livre sur la boulimie… (#1) En 1994, le premier stage où j’ai travaillé avec elle, était uniquement composé de personnes ayant des problèmes d’addiction avec des drogues, de l’alcool ou la nourriture. Et dans ce stage organisé avec un « babalao » brésilien (prêtre d’umbanda)  nous avons pu entre autre… jeûner plusieurs jours !

 Ce travail de danses et percussions permet à chacun de se découvrir sur différents plans qui combinent simultanément la dimension du transpersonnel avec les histoires personnelles.

On peut distinguer :

– Sensations fines dans les différentes parties du corps, les sept directions (le centre, devant, derrière, gauche, droite, bas, haut) ainsi que l’axe vertical passant entre les jambes et le sommet du crâne. Celui-ci nous offre la possibilité de nous transcender dans la danse car il dépasse nos limites corporelles en allant du centre de la terre au ciel (notre étoile). Le danseur peut à la fois s’enraciner et grandir en restant centré…

Il expérimente de mieux habiter son corps.

– Travail sur l’énergie. Toutes les expériences liées aux percussions, aux danses et aux transes (de possession ou non), permettent un magnifique travail sur l’énergie. La synergie des individus dans le groupe, le plaisir de faire ensemble ou la concentration sur un thème, amènent une expression commune dans l’énergie malgré une individuation du discours personnel. On se sent porté par l’énergie collective… Personnellement j’y suis très sensible et peut jouer « à fond » pendant des heures, mon corps ne ressent plus la fatigue !

– L’esprit. Dans un stage, il y a une alchimie qui nait à partir du thème du stage puis du discours du formateur. Elle englobe les réponses intérieures de chaque participant, les histoires individuelles, mon intuition et ma façon de transformer en musique. Dans un même temps, je deviens canal et me fait habiter par l’esprit du stage. On entre dans le monde des vibrations à partir du langage du son et des rythmes. Tout ceci fait que nous sommes UN. L’esprit du groupe est là et permet à chacun de travailler en profondeur sur soi tout en exprimant qui il est.

– L’expression personnelle. Chaque danse est unique et témoigne de l’instant présent. Chacun trouve en lui des réponses dans le mystère de sa création. Un univers de sensations s’ouvre à soi en dépassant le geste dansé. Dans cette synthèse, la danse connecte le corps avec la psyché, l’énergie, les archétypes, les émotions, l’esprit, l’âme et apporte des solutions en donnant des images. L’expression personnelle devient miroir de « qui on est vraiment », passé et présent confondus.

– Don de soi. L’ouverture de chacun (moi y compris) aux problèmes psychologiques des uns et des autres, le lâcher-prise nécessaire appréhendé collectivement, le partage à plusieurs, font que le cœur s’ouvre et apporte un réel appui au travail intérieur. Pour ma part, je suis obligé de me donner totalement, en toute transparence, d’autant qu’évidemment, le travail me brasse aussi ! Je suis autant canal percutant neutre que musicien et être humain… Tout se rassemble en moi et rejoint l’ensemble.

– Appel à la vie. Dans ce travail on sent la force de vie qui vient toucher chaque cellule de notre corps comme un rayon de soleil qui nous inonde de l’intérieur…

Et le but de ce travail, que ce soit dans la transe ou en psychologie biodynamique, est bien de réveiller la force de vie en nous, afin de libérer le noyau sain… ! Et petit à petit, donner du sens à notre vie en lui permettant de grandir et de manifester notre potentiel profond… D’autant plus pour des personnes prisonnières d’addictions.

– La danse, la musique, sont des formes artistiques où l’on ressent intensément le moment présent. Et le partager avec d’autres personnes dans l’unité d’une même quête de guérison est un cadeau qui apporte beaucoup de joie et de force : le plaisir de créer ensemble et la force intérieure victorieuse de l’explorateur qui découvre. En découle aussi l’intérêt du partage ultérieur de ces expériences lors de temps de verbalisation.

A noter que, bien que très différentes, ces formes se conjuguent parfaitement avec les massages et la méditation.

 « Le corps suit même si le mental dit : “ Non ce n’est pas comme ça ! ” ; il sait, il vit, il suit la force de Vie. Mettez-y de l’amour et les scories sortent… » – François Lewin.

 Mes champs d’intervention sont au nombre de trois :

 1 Je commencerai par la transe que j’appellerai « neutre » ou pure, car c’est une transe de nettoyage transpersonnel uniquement énergétique. Je l’accompagne souvent au djembé avec un rythme ternaire ultra rapide comme le morceau « cérémonie » enregistré dans mon cd (#3). Lorsque je l’explorais une fois, j’ai ressenti comme si « je m’incorporais moi-même ». C’est un travail de reconnaissance de son incarnation sur terre où le corps devient sensations subtiles. En général les personnes tournent sur elles-mêmes très rapidement, crient, vomissent parfois. On sent l’axe qui nous traverse. On dépasse sa peur du vide et de l’inconnu.

Je fais ce travail avec Barbara Schasseur mais aussi d’une autre manière avec l’école de psychologie biodynamique qui l’appelle la « vibration psycho-orgastique ». Les gens ne tournent pas, ils vibrent debout dans la position du skieur tout schuss, les bras vers l’avant, en imaginant une queue de kangourou qui les relie à la terre. C’est très puissant, on sent toutes les cellules de son corps vibrer, comme lors d’un orgasme transcendantal… !

 2 Travail avec les quatre éléments.

Feu, terre, eau et air sont les quatre éléments fondamentaux qui nous composent. Ils vivent en nous en manifestant la Vie. En 1994, j’ai été initié dans un temple d’umbanda afro-brésilien à Sao Paulo puis pendant plusieurs années à Paris et en Europe. Les « ogàs », joueurs de tambours initiés, jouent sur une seule conga (ou atabaque) des rythmes dédiés traditionnellement en chantant des « pontos » (littéralement ponts) ou chants pour invoquer et communiquer avec le subtil et l’au-delà. Il y a là une cosmogonie très riche basée sur le christianisme, le spiritisme et le culte des « orixas » ou dieux et déesses venus d’Afrique, liés chacun à un élément. Par exemple, Oxum est la déesse de la rivière mais aussi une reine magnifique, belle femme tout de jaune vêtue et dansant merveilleusement. Elle symbolise la fertilité, la beauté, la sensualité mais aussi les émotions et la fluidité intérieure. Ogum est un dieu du feu qui représente la force intérieure de la mise en mouvement, c’est aussi un guerrier très puissant. Il y en a d’autres tels Yemanja la mère (mer), Oxala le dieu du ciel, Iansa la déesse du vent ou encore mon guide personnel Oxossi dieu de la forêt, le chasseur indien. Chacun a, à la fois, une représentation venue d’Afrique (mais on retrouve aussi la plupart de ces dieux dans l’antiquité occidentale sous d’autres noms) de personnage archétypal, mais aussi des tas de correspondances avec la psyché individuelle. Et le plus extraordinaire, c’est que c’est universel. Les sentiments, les histoires, les émotions, les sensations, les danses même se retrouvent connectés à des personnages vieux de plusieurs millénaires… !!! Je vois souvent les gens danser par exemple quand j’invoque la terre, à moitié courbé en deux à la manière des « pretos-velhos » (vieux noirs ou ligne d’esprits très populaires au Brésil et liés à la terre) ! Les chants et les rythmes résonnent d’une façon magique car les quatre éléments vivent en chacun de nous.

 Je travaille de plusieurs façons : avec l’équipe de « La Voie Chamanique » nous utilisons la « psychologie de la nature » avec une recherche du guide intérieur, des incorporations d’orixas et d’esprits. Ce beau travail nous aide à nous connecter à des forces qui nous dépassent, bien qu’elles fassent partie de nous. Nous recevons des messages de l’invisible dotés d’une sagesse et d’un amour qui nous réconcilient avec le monde et nous aident à trouver la paix intérieure. L’incorporation est une formidable expérience pendant laquelle on reçoit dans tout le corps un esprit ou une forme d’élémental appelé orixa (oricha en espagnol). Le médium ressent comme un éclair lumineux et une énergie très puissante qui vient par la tête ou les pieds. Celle-ci l’emplit alors totalement et le fait se mouvoir et souvent danser d’une façon très reconnaissable propre à l’identité de l’esprit. Il peut alors délivrer des messages, soit seulement pour le médium ou s’exprimer à voix haute pour les autres personnes présentes. Le chamane garantit par un cadre ritualistique très précis le bon fonctionnement des cérémonies. Le médium cultive le lien avec son (ses) entité (s) par des rituels effectués devant son autel ou dans la nature.

Avec Véronique Pioch ou lors de stages chamanique, je travaille en connection avec le chamane, les esprits et le groupe. Il n’y a pas (ou rarement) d’incorporation mais des nettoyages énergétiques très puissants. Les participants explorent chaque élément lors de jours dédiés, autant au niveau corporel, qu’émotionnel, psychologique et spirituel. Ils dansent librement pendant des heures et j’improvise en me reliant à l’esprit du groupe et de l’élément. J’utilise pour cela une panoplie d’instruments allant des tambours frappés avec les mains (congas, bongos, djembé) à ceux joués avec des baguettes (toms de batterie, caisse claire, cymbales, gongs, etc.), d’autres (senza, flûte) je chante aussi.

 Lors de mes interventions pour l’école de Psychologie Biodynamique, notamment lors du stage de retrouvailles de tous les étudiants, j’ai la chance d’accompagner tous les formateurs. Il y a là une constante de respect de la personne, d’amour et de sérieux qui, année après année, forme le ciment de cette bonne école formant des thérapeutes. Mes passages se font lors de séances d’une heure trente pendant lesquels je n’arrête pas, ou lors d’exercices plus courts. Cela dépend du formateur. Avec François Lewin, c’est incroyable comme nous travaillons dans la même médiumnité. Il s’approche, je le regarde et lui dit : « De l’eau » et effectivement, c’est ce qu’il venait me demander de rajouter dans mon jeu… ! Ce peut être par un chant, un rythme spécifique d’invocation ou une « touche plus aquatique » que je mêle à mon jeu rythmique.

Avec les autres formateurs aussi, que ce soit pour danser en soi ou vers les autres, dans la douceur ou en force, exprimer sa puissance sexuelle, son lien à la terre ou au ciel, sa fluidité, sa rigidité, son feu, ses eaux, sa joie ou sa tristesse, sa fatigue de la vie ou son enthousiasme, son identité sexuelle, ses ancêtres (lignée masculine, ou féminine), etc. Tout se retrouve et peut s’exprimer dans les danses en liaison avec les rythmes des quatre éléments (les cinq même si l’on tient compte du cinquième : l’éther ou l’Amour).

Je laisse libre cours à ma créativité en me laissant traverser par les rythmes et en improvisant des chants, en général sur trois congas. Ma réponse musicale vient dans la nécessité de telle ou telle qualité par rapport à la demande initiale du formateur et à la vague de la danse collective. J’initie, je m’adapte et suit dans un même temps. « Ça » me traverse, je suis à la fois féminin/récepteur et masculin/acteur dans une médiumnité qui me laisse aussi simultanément exprimer ma personnalité.

3 Jeux percussif avec groupes

Il existe maintes manières d’enseigner les percussions et le faire dans un cadre de développement personnel diffère évidemment d’un travail d’imitation folklorique dans un but professionnel. J’en ai parlé dans mon livre (#2) dans le chapitre sur les jeux en stage de développement personnel.

Nous portons tous en nous la capacité à jouer, créer, bouger ensemble en rythmes. L’abord relativement facile du jeu percussif permet à tout le monde, pratiquant la musique ou non, de partager le plaisir de jouer autour des percussions.

La musique est un langage qui permet de s’exprimer. Les percussions amènent une dimension festive mais aussi une simplicité comprise par tous.

Les vertus de leur apprentissage sont nombreuses : travail de coordination, concentration, défoulement corporel, écoute intérieure et des autres, respect du tempo (la loi commune, typiquement masculine), expression personnelle, respect de la parole d’autrui, appréhension du « langage du son » à travers le geste musical, inspiration, improvisation, sensations d’énergies positives, plaisir de faire ensemble, joies du jeu collectif …

L’apprenti percussionniste aborde un univers très riche, que ce soit en imitant ou en créant. Et c’est amplifié quand on joue en groupe.

 En conclusion, je ne peux que rappeler que cet élan de vie dont manquent souvent les personnes souffrant d’addiction est apporté par l’expérience du jeu collectif de la danse et de la musique avec les percussions. Ils ne peuvent toutefois et évidemment pas faire abstraction de séances de verbalisation avec un thérapeute. Les stages viennent compléter le travail en englobant tous les aspects de la personnalité et les différents plans de l’être. Et vive les percussions !

Barbara Schasseur « La boulimie, un suicide qui ne dit pas son nom » Ed. De Boeck « Transe et thérapie Sur les traces de Dionysos » Ed. de L’Harmattan

#2 J-F de La Chaise « Initiation à la magie des percussions » Ed. du Souffle d’Or

#3 Cd Jeff Delachez wan allin runa « Retour de voyages imaginaires »

 

GUARAPACHANGUEO

Magnifique partage et enseignement de ce rythme de rumba joué par 4 frères maîtres cubains du genre et le petit neveu du groupe Los Chinitos

Enjoy !!

 

EXTRAIT DU LIVRE DE PAULO COELHO « ALEPH »

SUR LE CHAMANISME :

« Le chaman allume le feu dans une cavité qui protégera les flammes du vent qui ne cesse de souffler, place à côté une sorte de tambour, ouvre une bouteille contenant un genre de liquide que je ne connais pas. le chaman en Sibérie-où le terme est apparu- suit les mêmes rituels que le pajé dans les forêts amazoniennes, les sorciers du Mexique, les prêtres du candomblé africain, les spirites en France, les aborigènes d’Australie, les charismatiques dans l’église catholique, les mormons dans l’Utah, et ainsi de suite. »

Je rajouterai personnellement : de l’umbanda afro-brésilien qui est la tradition que je pratique avec notamment un groupe qu’on peut connecter sur le site : http://www.voiechamanique.com/

Nous travaillons lors de stages de « psychologie de la nature » et « rencontres avec les guides »…

août septembre … quelques photos

Je montre quelques photos sympas :

A Chédigny le festival de blues du 15 août s’est terminé par un bon beuff avec Sunpie barnes et j’ai joué aux percufolies à Ligueil avec 65 enfants et leurs instits tous super motivés … Que du bonheur !!

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Percufolies

A Ligueil, patrie de la famille Bergerault,  se déroule chaque année en septembre un festival de percussions

C’est l’occasion pour nous de venir jouer et de rencontrer les amis ou collègues percussionnistes…

Cette année j’ai fait défiler dans les rues plus de 60 enfants et 4 instituteurs hyper motivés et très sympathiques

Ça a été un pur moment de bonheur…

Je rajouterai d’autres photos mais en voici déjà 2

INTERVIEW SUR RADIO CAMPUS

J’ai été interviewé sur radio Campus par Stéphane un ami musicien … Une heure et demi d’émission ! J’avais amené des 33 tours ! On a passé un bon moment

Voici le lien :

Mon cd à la Fnac Ternes à Paris 17ème !!

Hé oui vous pouvez le trouver au rayon Afrique de cette Fnac 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

il est même en écoute !!

Merci de me soutenir … !!!

INTERVIEW SUR AFRICA N°1

Voici enfin l’interview surprenant que m’a accordée Eugénie Diecky sur la radio Africa n°1 le 10 juin 2011… C’était pour la sortie de mon album « Retour de voyages imaginaires » par Jeff Delachez wan allin runa … Elle m’a vraiment aidé à me transcender, c’est une magicienne du verbe et du contact humain
Merci à Elle !

Impros de danses sur percussions

Voici la suite de l’impro jouée chantée dansée pour l’élément EAU J’accompagnais les danseuses et danseurs des Sambaladines de Tours.

Vous pourrez voir « la danse des orishas » avec Théo le danseur et moi au festival « Les Percufolies » à Ligueil le samedi 10 septembre …

Danse des eaux

Quand les danseurs se transforment en dieux ou déesses des eaux il y a de la magie sur scène… Et de la beauté !

FEU AVEC LA DANSE AFRO-BRESILIENNE : GRAND MERCI

Mon ami Théo le prof de danse africaine qui vient de Côte d’Ivoire m’a fait un super cadeau en proposant à la troupe de danses afro-brésilienne de Tours « Sambaladines » de danser sur le premier morceau de mon cd : FEU

Le résultat est là, c’est magique, magnifique, les filles dansent comme des déesses, les 2 hommes comme des Dieux Mercis à eux ! J’étais là à les accompagner mais en fait je ne jouais pas : je les regardais !!!

MON CD EST NE !!

My cd is there !! Mon cd est là !!! Mi cd esta aqui !! O meu cd esta la !! Yahou !!

Il s’appelle : « Retour de voyages imaginaires » Il contient 15 titres et un livret de 20 pages merveilleusement illustrées par François Place

C’est une prière, un hommage à la terre, un message d’humanité, une invitation à danser sur des musiques percussives, un partage avec des esprits africains, brésiliens, cubains, amérindiens, un retour de voyage chamanique de Jeff Delachez mon double qui a joué « wan allin runa » (avec les hommes de bien en quechua)…

VENEZ DONC LE CONSULTER SUR MON SITE :
www.delachaise-percussions.com

Et… faites de belles danses !!

Souvenirs avec nos amis de sals’a la vista à Sorigny juin 2010

De belles photos du groupe Tempo oiô! et des danseurs danseuses de sals’a la vista nos amis du Lochois !!

Allez voir sur :

http://ellesalsera.canalblog.com

ESPRIT DE FÊTE !

Faire la fête, la bombe, la fiesta, la boum, etc. n’est-il plus à la mode ?

Malheureusement on dirait… Dans la morosité ambiante les fêtards se cachent derrière les portes fermées de leurs maisons closes, se regardant sur l’ordinateur, les yeux rivés sur les écrans divers qui peuplent leur intérieur, osant à peine boire le petit dernier verre de la soirée qu’ils se refusent dehors par peur des gendarmes, craignant maintenant que les scrutateurs  rentrent jusque dans leurs boites mails et aillent filmer leurs ébats au lit… AAAAAHHHHHHHHH le cauchemard ! C’est 1984 ou la guerre des mondes ou bien … ?

Non hého réveillez vous on a encore le droit de danser et de faire de la musique !   – Quoi c’est vrai !! ? Où ? A part chez Jean-Claude et Allison de l’Equi-Table à Sublaines je ne vois pas où !!!

Même dans les carnavals il y a à peine les budgets pour payer un groupe qui jouera devant des zombies tristes;  seulement lanceurs de confettis ! De la musique ! Où ? ! A Tours c’est foutu Les bars au mieux ont des amendes et plus de sous pour payer les musiciens ; au pire ferment à cause du bruit; plus de clients qui n’ont  plus de sous, et plus le droit de boire d’alcool AAAHHHHHH ! Encore un cauchemard !! C’est quoi ce pays ! ?! La Touraine se meurt ; seul un restaurant peuplé d’irréductibles afro- gaulois résiste encore aux envahisseurs. Avec eux luttons contre le ramollissement général et l’anticulture vivante Dansons, percutons, jouons jusqu’au bout de la nuit !

PROCHAINES SOIREES LE SAMEDIS 17 AVRIL ET LE SAMEDI 22 MAI Réjouissons nous d’avance !

On sera là avec nos musiques tropicales, les danseurs africains et chauds comme la braise; la bonne nourriture épicée; l’accueil sympatique… Que demande le peuple ?

Infos supplémentaires

Tempo oiô! bouge en décembre

Equi-table 22 10 2009

Ca ka danser le chef d'orchestre !

Bé oui on repasse le samedi 19 décembre à l’Equi-table

Infos supplémentaires

Et on sera au marché de Noël de Loches le dimanche 20 décembre

Ci-jointes quelques photos prises à l’Equi-table et envoyées par l’ami Pascal 4

Equi-table 2

Ca ka jouer les amis !

tempo ôio- sals’a la vista- 11 août 2005

Bé oui c’est quand j’étais mince !
Et avec le Ben (le barbu au surdo) et le Michel (campana et surdo) et le Pascalito ça déménageait ! M’enfin c’était en 2005 … Maintenant c’est aussi terrible mais différent … Et on a 4 cuivres !!!

Stages de danses par Véro

Ma chère amie Véronique Pioch organise des stages de danses « de l’être ». Ce sont des groupes continues formés de gens qui se rencontrent sur 3 ou 5 week-ends… J’aurai la chance d’y intervenir 2 fois … !

Ci-jointe la PUB , il y avait une jolie image jointe mais je n’arrive pas à l’insérer Désolé Véro !

La danse de l’être

Groupes continus 2010

avec

Véronique Pioch

Le groupe continu est l’opportunité d’un voyage

sur plusieurs week-ends avec la même « tribu » d’hommes et de femmes.

Il est une invitation à explorer les multiples aspects de

« qui nous sommes réellement » à travers la danse et le mouvement libre

pris comme art et guérison, chemin de connaissance et pratique spirituelle.

Le thème de cette année s’appuiera sur les notions d’autonomie et liberté

.. dans la relation à l’autre, dans le rapport à la musique ou au silence lorsque nous dansons,

dans la relation à nos émotions, aux évènements ..

Comment cultiver son individualité, son unicité, sa créativité et être dans le monde et

la co-création avec les autres. Comment sommes nous responsables de ce que nous recevons,

percevons, entendons, et vivons ? Est-ce que ce qui nous mène réellement est à l’intérieur

de nous ou à l’extérieur ?

Ce travail nous invite à une qualité de « Présence à ce qui est » .

Il offre la possibilité de mettre de l’espace dans cette relation à ce qui nous habite et parfois

nous tient. La danse devient alors un merveilleux outil de transformation, la force du cercle,

un lieu de pouvoir partagé et de soutien..

En partant de l’écoute de nos sensations, de la pulsation de nos cellules, du flux et du reflux

de la respiration et des ressentis, s’ouvrir à ce qui émerge et laisser la danse nous révéler

la vastitude de cette réalité.

Cette danse sous ses multiples formes et rythmes, alliée au son,  à la puissance du rituel et

de la transedanse, au contact avec la nature est une porte merveilleuse pour accéder à

cette « bibliothèque vivante » que nous sommes, à ce savoir intuitif inhérent à notre essence,

ainsi qu’ à notre dimension sacrée.    Ces groupes sont ouverts  à tous.

.

cycle de 3 week-ends

6-7 février ; 13- 14 mars ; 1-2mai 2010**

Cycle de 5 week-ends

23-24 janvier ; 20-21 février ;

20-21 mars ;   24-25 avril** ; 22-23 mai 2010

Ce groupe est en partie déjà constitué,

voir si places disponibles à partir du 10 octobre

** Week-end avec musique en live avec Jeff De La Chaise,

grand percussionniste complice !

……………

Horaires : du samedi à 10h45 au dimanche à 17h30

Lieu : Dans un vieux mas provençal à 20 kms d’Avignon

Mas de Grandes Terres   84000 SAUMANE         Tel : 04 90 38 09 33

Tarif : – cycle de 5 week-ends : 725 le cycle ( payable en 5 fois ou plus)

-cycle de 3 week-ends : 435 le cycle (payable en 3 fois)

** supplément de 25€ pour le WE avec le percussionniste

Hébergement : 14 la nuit

Repas : préparés en commun avec ce que chacun  amène.

Inscriptions : Elles seront prises par ordre d’arrivée,  nombre de places  limité

La validation se fait en versant un chèque d’arrhes de 145

à l’ ordre de V.Pioch ( non remboursable 1 mois avant le début du cycle)

En cas d’arrêt en cours du cycle, celui-ci ne pourra être remboursé.

Renseignements complémentaires

Véronique Pioch : 04 91 87 41 63  –    veronique.pioch@orange.fr

.